Business Room

Points de vue, vécus et expertises Télécoms et Cloud.

Conseil business : Baptiste Broughton, co-fondateur de LBMG Worklabs et Néo-nomade

Télétravail : pourquoi et comment le mettre en place

mobilite-cb-broughton-itw2-180x225.jpg

LBMG Worklabs accompagne depuis près de 3 ans les entreprises dans le domaine du télétravail. Via le site neo-nomade, il leur permet également, ainsi qu'aux particuliers, de trouver des bureaux flexibles, une alternative au travail à domicile. Conseils de Baptiste Broughton, co-fondateur.

Le télétravail ne se réduit pas au travail à domicile et à plein temps

Travailler à domicile n'est pas possible pour tout le monde. Des facteurs de place, d'inconfort ou d'environnement sont à prendre en compte. Il est donc recommandé, par souci d'équité sociale, de permettre le télétravail soit à domicile soit dans d'autres lieux, comme les télécentres, coworking et autres bureaux de proximité. Par ailleurs, il convient de le limiter à 1, 2 ou 3 jours par semaine, afin de préserver le lien du salarié avec son entreprise et ses collègues.

Des gains de productivité avérés

La mise en place du télétravail implique certaines dépenses, mais génère aussi d'importants gains de productivité. 60 % des entreprises l'ayant mis en place l'ont constaté, selon le rapport du CGTI/CGEDD (décembre 2008). Temps de transport réduits, meilleure concentration... Dans des entreprises comme Compaq, American Express, IBM ou British Telecom, les télétravailleurs se sont avérés 25 % plus productifs, en moyenne, à domicile qu'au bureau.

Un facteur de réduction du stress

Le télétravail, à raison de quelques jours par semaine, permet de réduire le stress des employés, surtout dans un contexte marqué par des difficultés de transport ou de travail en open-space. D'après un rapport de la Commission Européenne (SUSTEL 2004), 55 % des collaborateurs des entreprises européennes pratiquant le télétravail ont vu l'équilibre vie privée-vie professionnelle s'améliorer. Pour l'employeur, cela se traduit par une réduction du taux d'absentéisme et du turn-over.

Des approches télétravail et immobilier à mettre en perspective

Les entreprises ne font pas toujours le lien entre le télétravail et la problématique immobilière. Un poste de travail en Île-de-France coûte aujourd'hui entre 12 et 15 000 euros par an. Le télétravail, mis en place conjointement à un programme de transformation immobilière, permet à l'entreprise de réaliser des économies conséquentes. Pour estimer ces gains, LBMG Worklabs met gratuitement à disposition un simulateur financier qui calcule, selon les caractéristiques d'une entreprise, les impacts du passage à ces nouveaux types d'organisation. Sur la partie immobilière, l'économie peut approcher 30 %. Les entreprises en phase de déménagement sont particulièrement réceptives à ce type d'évolution.

Les PME peuvent tirer parti rapidement du télétravail

Sur le terrain, nous constatons que les PME sont souvent plus flexibles et réactives que les grandes entreprises. C'est ce qu'a montré notre étude auprès de 150 TPE-PME pour le Conseil Régional de Seine-et-Marne. L'expérience montre qu'elles peuvent intégrer vite et bien cette solution d'organisation du travail, pour améliorer leur compétitivité. Pour les grandes entreprises, le chemin est souvent plus long dans la mesure où les concertations sociales et managériales prennent plus de temps.

Un bon moyen de réduire son empreinte carbone

C'est une moyenne, mais il faut garder en mémoire que 40 % du C02 émis par les entreprises françaises proviennent du déplacement de leurs employés. Le télétravail permet de réduire l'empreinte carbone liée aux migrations pendulaires. Plus généralement, sur le plan régional ou national, il a été établi qu'une réduction de 5 % du trafic sur les axes routiers ou ferroviaires permettrait de restaurer la fluidité de circulation en Île-de-France. Le développement du télétravail permet d'envisager cette évolution autrement qu'en construisant de nouvelles autoroutes.

Un argument pour attirer les talents

Une étude Deloitte récente a montré que les étudiants des grandes écoles répondent « oui » à 97 % à la question «souhaitez-vous une flexibilité du lieu de travail ?». Cette aspiration générationnelle est très claire, et mérite d'être prise en compte si l'entreprise souhaite attirer et retenir des talents. Sous réserve que les accords soient eux-mêmes parfaitement clairs et ne s'apparentent pas à du «télétravail gris». De tels accords peuvent aussi être mis en avant dans le cadre de la communication autour de la responsabilité sociale de l'entreprise.

Impliquer le management

En terme de conduite du changement, on a tendance à se focaliser sur les employés, en oubliant que l'encadrement devra lui aussi s'adapter à la situation de télétravail. Pour certains managers, qui n'ont plus leur personnel sous les yeux ou sous la main, la nouvelle situation sera vécue comme une difficulté à la fois humaine et managériale. Nous recommandons donc d'impliquer le top et le middle management dès la phase de conception du télétravail, afin de les associer à la construction du dispositif et de lever les éventuelles réticences.

Faites-vous accompagner par des experts

Du diagnostic à la mise en place et au suivi, le passage au télétravail est une opération avec de forts enjeux, qui repose sur un volontariat objectivement établi.
Pour réduire les risques évoqués ci-dessus, mieux vaut se faire accompagner par des spécialistes.