Business Room

Points de vue, vécus et expertises Télécoms et Cloud.

Bénéfice

À quoi bon le cloud, sans catalogue de services ?

cloud-pdv-cloud-catalogue-service-630x215.jpg

Simplicité ergonomie, tarification... le cloud présente bien des avantages. Pourtant l'essentiel réside ailleurs : dans l'infrastructure et les catalogues de services. Voyage au cœur de la nébuleuse.

Catalogue de services, portails numériques, services numériques... Des termes vagues, néanmoins essentiels pour comprendre les bénéfices du cloud.
Imaginez que l'informatique en entreprise soit aussi simple à utiliser qu'un achat sur amazon.com ou rueducommerce.fr. Deux ou trois clics de souris sur un catalogue de service et l'utilisateur dispose de sa messagerie et de l'accès à toutes ses applications d'entreprise, l'informaticien d'un serveur complet, le développeur d'un environnement opérationnel... Et tout cela automatiquement, et en quelques secondes ou minutes.
En fait, c'est justement l'une des promesses les plus importantes du cloud computing, rendue possible grâce à une simplification d'utilisation à tous les niveaux (voir notre article : Cloud et communications unifiées : état des lieux)
Comment ? Grâce à une automatisation extrême et à une supervision/orchestration intelligente épaulée par des mesures précises. Car on ne contrôle bien que ce que l'on peut mesurer finement. Enfin, des interfaces simples et ergonomiques permettent de peaufiner l'offre via un portail de services numériques. Cerise sur le gâteau : les grands acteurs mondiaux de l'informatique se concertent pour rendre les différents cloud interopérables (avec des initiatives comme OpenStack).
Que signifient ces divers concepts (automatisation, orchestration, mesures et ergonomie) et pour quels utilisateurs ?

L'infrastructure à portée de clic

Rien de tout cela ne serait aisément possible sans l'infrastructure matérielle adéquate. Dans l'approche cloud computing (cloud public comme privé), les équipes systèmes utilisent des outils pour regrouper leurs équipements en ensemble de ressources : serveur, stockage et réseau (voire sécurité, lire aussi : Les avantages du cloud computing face aux nouveaux défis de la sécurité). Dès lors, elles peuvent établir des règles afin que le cloud alloue dynamiquement des ressources aux applications, crée des environnements de développement ou de test, etc.
En outre, elles définissent des règles de qualité de service (priorité des traitements, performances attendues, etc.), un mécanisme rendu possible par les solutions cloud qui mesurent tout événement, à tout moment. L'ensemble s'effectue via des écrans ergonomiques et intuitifs, bien que très techniques. Puis, une supervision en temps réel permet de tout administrer, avec des alertes en cas d'incident en cours ou prévisible.
Parvenu à ce stade, on peut alors effectivement parler d'Infrastructure as a Service (IaaS). Les consommateurs d'infrastructure (équipes système, production, responsables du stockage ou du réseau...) peuvent activer un environnement matériel (virtuel ou non) en quelques clics depuis un portail leur proposant un catalogue de services (prêts à l'emploi). (voir la vidéo : Quels sont les avantages concrets du Cloud Hybride et du CDN ?).

Le développement catalogué en mode PaaS

Parce que le cloud ne serait rien sans applications et donc sans développeurs, il se décline également en Platform as a Service (PaaS). Reposant au-dessus de l'IaaS, le PaaS bénéficie de tous ses avantages automatisés : élasticité pour une application plus ou moins gourmande en matériel, transparence des aspects matériels pour le développeur, etc. Cette couche propose l'environnement complet de développement prêt à l'emploi : outil de développement, logiciels middleware préconnectés -ou proposant tous les connecteurs- aux bases de données...
Mieux encore, via le catalogue de service pour les développeurs, ces derniers peuvent activer des environnements de tests pour essayer leurs développements, et même déclencher ou programmer la mise en production de l'application écrite ou modifiée.

Le SaaS : pointe émergée de l'iceberg cloud

Étage le plus visible de la pile Cloud, le SaaS propose de diffuser une application cloud partageable par tous les utilisateurs (avec ou sans mot de passe, gratuite ou payante, etc.). Des applications d'entreprise aussi simple à utiliser que les messageries sur internet !
Là encore, un catalogue de services ou d'applications peut être mis à disposition de l'utilisateur selon son profil dans le système d'information. Exemple de service : un nouvel employé arrive au service financier, le responsable clique sur le service "Nouvel Employé" (une icône du catalogue), renseigne quelques éléments et, selon le poste, tout un environnement est créé auquel le nouvel employé accédera avec son identifiant et son mot de passe. Certaines entreprises profitent même de cette automatisation pour envoyer des commandes de fournitures soit à la direction des achats, soit aux fournisseurs.

Un engouement encore hésitant

Avec tous ces avantages (sur lesquels reposent tous les grands services en ligne comme Google, Amazon, Facebook, etc.), on comprend mieux l'attrait du cloud.
En revanche, on pourrait se demander pourquoi toutes les entreprises ne disposent pas de ce type d'informatique. Le problème majeur provient généralement de l'existant. En effet, il existe déjà des équipements et des logiciels en place, qui remplissent correctement leur fonction depuis des années. Or, les gains envisagés avec le cloud computing ne présentent pas forcément un retour sur investissement si évident ou assez rapide. Sans oublier le besoin d'amortir les investissements réalisés.
Par ailleurs, évoluer d‘un système informatique classique vers une automatisation matérielle et logicielle nécessite une maturité informatique et sur la maîtrise des processus. Un stade auquel ne sont pas encore parvenues un grand nombre d'entreprises. Combien savent-elles précisément décrire même simplement leur processus ?
Lueur d'espoir : les bénéfices perçus à travers les exemples de déploiement de cloud computing accélèrent l'évolution des mentalités et les prises de conscience. Aujourd'hui les entreprises ressentent cette nécessité, également en ligne avec les plans qualité et d'amélioration des processus.

À lire également
Cloud et communications unifiées : état des lieux
Ne pas confondre Cloud et Virtualisation
Qu'est-ce que la virtualisation réseau dans l'IaaS ?

EN SAVOIR PLUS SUR CE SUJET :

convergence-etude-idc-cisco-sfr-telindus-297x110.jpg
  • Date : 14/11/2013

Cloud et communications unifiées : état des lieux

Dans un contexte de besoin croissant ds collaboration au sein de l'entreprise, de pouvoir collaborer à tout moment et en tout lieu, de contrainte permanente d'optimisation des coûts et enfin, de restructuration des services IT au fil des évolutions numériques, SFR Business Team et ses partenaires technologiques, Cisco et Telindus, ont demandé à l'institut IDC France de sonder plus de 300 responsables IT et Achats sur leur perception des communications unifiées en mode cloud. Comment ces services sont-ils appréhendés par les entreprises ? En quoi répondent-ils à leurs besoins ? Synthèse des avantages et inconvénients attribués à ces outils numériques simples, qui prennent un nouvel essor grâce au cloud...

cloud-pdv-virtualisation-reseau-297x110.jpg
  • Date : 28/01/2014

Qu'est-ce que la virtualisation réseau dans l'IaaS ?

Si les notions de serveur ou de stockage virtuels semblent a priori simples à appréhender, il en va tout autrement de la virtualisation réseau. Explications de Bruno Hareng, SDN/Security Product line manager chez HP.

  • Date : 15/05/2014

Ne pas confondre Cloud et Virtualisation

Si le cloud utilise en général les technologies de virtualisation, il incarne surtout une nouvelle approche des infrastructures matérielles et logicielles. Cloud et virtualisation sont deux concepts bien différents. Le Cloud pourrait-il exister sans la virtualisation ? Sans doute... mais quel intérêt ?